Ce que le marketing de contenu et la mécanique quantique ont en commun

Tuesday, September 29, 2020

‘Bozon’… Vous avez la moindre idée de ce que c’est ? D’une part un nouveau membre Custo, mais d’autre part aussi une particule issue de la mécanique quantique. Il était grand temps que nous demandions à la fondatrice Geerlinde Pevenage d’éclairer notre lanterne.

« Pendant la douzaine d’années que j’ai travaillé dans des agences classiques et on-line, j’ai toujours estimé que le marketing de contenu était traité en parent pauvre. Lorsque j’ai atteint la quarantaine, je me suis dit que le temps était venu d’arrêter de me plaindre et de passer à l’action. »

La parole est à Geerlinde Pevenage, qui a lancé Boson en 2018. « Durant la première année, je me suis fortement focalisée sur la stratégie, mais de fil en aiguille nous avons aussi commencé à y ajouter la production. C’était en effet une demande qui revenait régulièrement. »

Fan d’écosystèmes

Aujourd’hui, Boson compte cinq collaborateurs et fait appel à un collectif de contenu pour être en mesure de répondre à quasi toutes les demandes. Geerlinde Pevenage : « Nous travaillons avec un tas de freelances, auxquels nous pouvons faire appel en fonction du sujet, du format et du canal auquel est destiné le contenu. D’une part, un tel réseau nous donne accès à des spécialistes, d’autre part, il nous donne de la vitesse. »

Boson même fait également partie d’un écosystème. L’agence de marketing de contenu est en effet installée au sein de &Koo, un écosystème d’agences complémentaires (qui, à son tour, fait partie du groupe Cronos). « Là aussi, on retrouve des spécialistes, mais cette fois au sein de disciplines », dit Pevenage. « Il y a des stratèges de marque, mais aussi des acteurs techniques. Avec les uns, nous collaborons sur certains clients, à court ou à long terme ; avec les autres, nous bossons parfois pour les mêmes clients, mais séparément. »

Bosons et fermions

Au cours de sa brève existence, Boson a déjà su convaincre pas mal de grandes entreprises à collaborer au niveau du marketing de contenu. Pevenage tire le plus de fierté du clic sur les boutons d’Orange et d’AG Insurance, sans pour autant oublier Colruyt Group. Via l’agence de communication interne CCX, Boson travaille en effet pour des marques comme Dreambaby et Okay. « La réalisation dont je suis la plus fière en est d’ailleurs une pour ces derniers. Justement parce que nous avons créé un journal pour Okay. Pour une fois, donc, nous sommes restés loin de l’univers en ligne que nous connaissons si bien. »

Il ne reste alors plus qu’une seule question qui nous taraude : pourquoi ce nom de ‘Boson’ ? « Le nom est lié à mon intérêt pour la mécanique quantique », répond Geerlinde Pevenage, de façon quelque peu surprenante. « Les bosons sont un type de particules élémentaires, comme les fermions. J’ai choisi ce nom parce qu’un boson fait ce que le marketing de contenu fait lorsqu’il se montre sous son meilleur jour : donner du poids et de la pertinence, connecter, et faire naître. Le développement d’une stratégie de marketing de contenu entraîne souvent de nouveaux ‘insights’ autour de l’entreprise et de sa pertinence sociétale. » Dorénavant, nous regarderons le film ‘What the Bleep Do We Know?’ d’un tout autre œil…

comments

Newsletter

Intéressé par les nouvelles tendances du marketing du contenu? Inscrivez-vous et recevez notre lettre d'information dans votre boîte mail.