L'importance de la distribution de contenu

Thursday, November 8, 2018

La tendance à Content Marketing World ? C’était sans doute l’importance de la distribution de contenu, qui a été abordée dans bon nombre de présentations. Car à quoi sert un contenu formidable s’il ne touche pas votre groupe cible ?

 

« 3 secret steps for content amplication and distribution success. » « A content promotion framework with actionable tips. » « How to grow your audience with native advertising? » Ce ne sont que quelques-uns des nombreux titres de présentations à Cleveland axées sur la distribution de contenu.

 

C’est évidemment un sujet très pertinent pour les marketeurs de contenu belges. Dans notre petit pays, on part encore trop souvent du principe qu’un bon contenu, ça se vend tout seul. À condition, peut-être, qu’on prête un minimum d’attention au SEO. C’était le cas il y a quelques années et c’est peut-être toujours le cas dans certains secteurs, mais il est sûr que ça ne suffira plus. Peu à peu, on est submergé par un tsunami de contenus, qui fait qu’être trouvé ne suffit plus. Être vu, c’est ça qui importera dans les années à venir.

Nous évoquons dès lors volontiers les quatre fautes majeures commises dans la distribution de contenu. Elles nous viennent de Heidi Cohen (la Chief Content Officer d’Actionable Marketing Guide), qui a creusé le sujet à Cleveland.

 

1. Pas de stratégie de marketing de contenu documentée

 

La grande majorité des marketeurs de contenu n’a toujours pas de stratégie sur papier. Par conséquent, on ne sait souvent pas à quoi ressemble exactement sa cible, on n’utilise pas de calendrier de contenu et on est donc incapable de mettre en place sa distribution correctement et de façon cohérente.

 

2. Manque de budget

 

Quiconque dispose d’un budget trop restreint, rognera presque systématiquement sur la distribution. Les propres médias ne seront exploités que de façon limitée, sans parler du fait qu’il n’y aura pas de budget pour promouvoir ses messages, par exemple, sur les réseaux sociaux.

 

3. Contenu me-too

 

Quiconque ne crée pas de contenu unique, ne comprend pas suffisamment les besoins de la cible. Du coup, il devient plus difficile de livrer le message au moment et à l’endroit où, et de la façon dont le consommateur souhaite le recevoir.

 

4. Un faible engagement avec le contenu

 

Quiconque soigne sa distribution, mais voit peu d’interaction, a beau disposer d’une bonne distribution : il notera quand même peu de résultats. Un contenu avec lequel votre cible peut se mettre à l’œuvre est alors une condition sine qua non, bien plus importante donc que votre distribution.

comments

Newsletter

Intéressé par les nouvelles tendances du marketing du contenu? Inscrivez-vous et recevez notre lettre d'information dans votre boîte mail.